Pratiques d’auto-organisation en temps de crise. Le réseau des droits sociaux à Carabanchel (Madrid) par Héloïse Nez

Marchés de troc, banques de temps, coopératives, zones de gratuité, réseaux d’appui mutuel : suite à l’émergence du mouvement des Indignés à partir du 15 mai 2011 (le « 15M »), les pratiques d’auto-organisation se sont multipliées en Espagne. Ces initiatives ne sont pas nouvelles, mais leur nombre et leur visibilité se sont considérablement accrus avec la crise économique. Le cas du « réseau des droits sociaux » (RDS) montre que certaines de ces expériences, loin de se limiter à des stratégies de survie, s’inscrivent dans un projet de transformation sociale. Mis en place en décembre 2012 à Carabanchel, un quartier populaire au Sud de Madrid, le RDS se définit comme « un réseau d’auto-organisation, d’appui collectif, mais aussi de revendication et de dénonciation[2] ». Ses membres se réunissent une fois par semaine à l’Eko, un squat collectif initié par les Indignés. L’analyse s’appuie ici sur l’observation d’assemblées et la réalisation d’entretiens avec douze participants en 2014[3].

Un engagement à partir de la résolution de problèmes concrets

Le réseau des droits sociaux naît, plus d’un an et demi après l’émergence des Indignés, d’un regroupement de plusieurs groupes de travail de l’assemblée populaire de Carabanchel. Cette assemblée, mise en place le 28 mai 2011 comme dans de nombreux autres quartiers de Madrid, s’organise autour de groupes de travail thématiques visant à trouver des solutions concrètes aux problèmes sociaux rencontrés localement avec la crise économique. Le groupe « sur le social » se préoccupe d’abord des difficultés rencontrées par les immigrés lors des contrôles au faciès fréquents dans le quartier. Comme le raconte Irina, fondatrice de l’assemblée sur le logement, la problématique sociale se déplace rapidement vers la question du logement, qui concerne aussi de nombreux immigrés : « Des femmes du quartier ayant des problèmes d’expulsion ont commencé à venir en masse. Alors le groupe sur le social, par la pression même, par les besoins du quartier, s’est transformé en un groupe sur le logement » (entretien du 7 mai 2014).

Ce groupe devient, à partir de l’hiver 2011-2012, le plus actif de l’assemblée populaire de Carabanchel. En coordination avec la Plateforme des victimes de l’hypothèque (PAH), qui préexiste au 15M et accroît considérablement sa capacité de mobilisation avec les Indignés, les assemblées de quartier parviennent à arrêter de nombreuses expulsions, en convoquant des manifestations devant les logements concernés. La participation est massive dans ces rassemblements et dans les assemblées sur le logement, car des résultats concrets sont obtenus face à l’un des principaux problèmes générés par la crise économique. Comme l’indique Jorge, qui est l’un de ses initiateurs, le RDS cherche à s’appuyer sur cette dynamique autour du logement pour inciter les participants les moins politisés à poursuivre leur engagement autour d’autres enjeux :

« [Le groupe sur le logement] réussissait réellement à impliquer beaucoup de gens qui n’étaient pas activistes, qui n’étaient pas politisés a priori et qui venaient à partir d’une situation matérielle concrète. L’idée du réseau était d’élargir cette perspective, c’est-à-dire de partir de la même méthodologie pour impliquer les gens à partir de la résolution de problèmes concrets, et en les résolvant d’une manière collective » (entretien du 27 avril 2014).

Le réseau regroupe différentes initiatives existantes dans le quartier, comme celles mises en place par le groupe de travail « sur l’économie » : les marchés de troc et les « magasins amis », un réseau de commerces du quartier qui offrent des réductions aux chômeurs. Le groupe « sur les ressources » a étendu ce projet afin que les commerces locaux donnent leurs excédents de fruits et de légumes pour constituer et répartir des « paniers » parmi les membres du RDS. Ceux-ci s’organisent pour récupérer les aliments, en programmant des tours de ramassage deux fois par semaine. Par ailleurs, un groupe de travail s’est constitué « sur les coopératives et l’auto-emploi » pour trouver des solutions concrètes face au chômage et à la précarité.

Selon Jorge, le RDS est conçu à la fois comme un espace de coordination de l’ensemble de ces activités et un espace de participation plus large pour les personnes qui se mobilisent à partir d’un problème de logement : « le réseau nous servait aussi comme un espace intermédiaire où tu pouvais donner une perspective un peu plus politique et générale au groupe sur le logement ». Le réseau des droits sociaux vise ainsi, par l’auto-organisation collective, non seulement à résoudre des problèmes concrets liés à la crise économique, mais aussi à dénoncer le système politique et économique qui en est à l’origine.

Un réseau de collaboration et de dénonciation entre « victimes » et « activistes »

Ce réseau d’appui mutuel n’est pas conçu par ses membres à partir des notions de charité ou d’aide sociale, mais à partir de celles d’auto-organisation et de coopération mutuelle. Maria, une femme de ménage équatorienne de 36 ans qui s’est rapprochée de l’assemblée sur le logement sur les conseils des services sociaux, définit ainsi le réseau dans lequel elle s’investit :

« C’est un réseau de collaboration [elle insiste sur ce terme] […]. Ce sont des personnes à qui on demande de participer et où tu te sens utile, et ce n’est ni de la charité ni qu’ils te donnent quelque chose. Parce que c’est par le biais de ta collaboration, de ta participation, que tu en bénéficies ou non. […] Nous, ce qu’on fait c’est de l’autogestion » (entretien du 7 mai 2014).

Le fonctionnement est proche d’un système communautaire, comme on peut le trouver par exemple dans les comités de quartier d’El Alto en Bolivie (sur d’autres questions comme les commerces, l’école ou les infrastructures urbaines)[4], dans la mesure où la participation aux assemblées et aux actions entreprises par le groupe est obligatoire et tournante pour bénéficier des biens obtenus collectivement. Par exemple, les paniers d’aliments ne sont distribués qu’aux personnes qui prennent part aux assemblées du réseau des droits sociaux et aux tours de ramassage des aliments. Comme le précise Ana, qui se trouve dans une situation de précarité suite à la perte de son emploi, « nous ne voulons pas avoir des queues à la porte de gens qui viennent seulement pour la nourriture, nous voulons que les gens participent » (entretien du 23 avril 2014). Les assemblées sur le logement et sur les coopératives suivent la même logique d’entraide.

Les notions de participation et d’empoderamiento (au sens d’une émancipation individuelle et collective qui a été notamment théorisée par Saul Alinsky)[5] sont au cœur du fonctionnement du RDS. Alors que l’aide sociale institutionnelle implique la passivité des « bénéficiaires », le RDS suppose un engagement actif de l’ensemble de ses membres, investis dans des relations d’entraide et de coopération. Le fait que les participants parlent souvent, en entretien comme en assemblée, « d’activistes » et « de victimes » montre cependant qu’une séparation des rôles reste présente et visible dans les activités quotidiennes du réseau.

La plupart des membres peu politisés au départ se sont impliqués dans le RDS à partir d’un problème de logement. Il s’agit de la moitié des personnes que j’ai interrogées, alors que les autres ont un profil plus militant. Leur trajectoire d’engagement commence avec l’assemblée sur le logement, puis se poursuit avec l’assemblée sur les ressources pour bénéficier des paniers d’aliments, avant de s’élargir au réseau des droits sociaux et à l’assemblée populaire du quartier. Elle peut déboucher sur une dénonciation du système politique et économique, comme dans le cas de Maria :

« Maintenant oui, on peut dénoncer les rafles racistes, oui on peut dénoncer comment le système de santé exclut les sans-papiers, on peut dénoncer les abus des banques, les expulsions de logement… comment le système hypothécaire espagnol est terriblement abusif, en te laissant sans maison, et avec une dette terrible, quand les banques ont été financées par l’État et par tous les Espagnols. […] Le 15M m’a aidée à voir qu’on peut lutter, que ça il faut le dénoncer ».

S’ils sont plus rares à venir directement à partir d’un problème d’emploi, la majorité des membres du RDS connaissent des difficultés de ce point de vue : parmi les douze personnes interrogées, sept sont au chômage et deux ont des emplois instables. Face à cette précarité de la majorité de ses membres, l’objectif du réseau des droits sociaux est de trouver collectivement des solutions concrètes aux conséquences sociales de la crise économique, mais aussi de remettre en cause le système capitaliste en promouvant d’autres formes d’échanges basés sur l’entraide et la solidarité. Comme le résume Ana, un équilibre est ainsi recherché « entre une dénonciation sociale et le fait de résoudre les problèmes eux-mêmes ».

Les tentatives de généralisation et d’institutionnalisation de l’expérience sont toutefois limitées : les membres du RDS de Carabanchel conseillent volontiers les Indignés d’autres quartiers madrilènes qui souhaitent mettre en place un réseau similaire localement, mais ils ne soutiennent qu’à titre individuel un parti comme Podemos qui est loin de faire l’unanimité parmi eux. Cela s’explique par un conflit autour du rapport à la politique qui traverse le 15M depuis le départ : alors que certains participants aspirent à avoir une influence directe sur la politique institutionnelle, en investissant le champ électoral, d’autres préfèrent expérimenter des modes d’organisation alternatifs en dehors des institutions. Le réseau des droits sociaux s’inscrit clairement dans cette deuxième perspective.

Héloïse Nez[1]

Université de Tours (UMR CITERES)

[1] Auteure de l’ouvrage Podemos. De l’indignation aux élections (Les petits matins, 2015).
[2] http://eslaeko.net/2013/03/red-de-derechos-sociales/, consulté le 14 août 2014.
[3] La date de réalisation de l’entretien est mentionnée la première fois qu’une personne interrogée est citée.
[4] Patxi F. (2004), Sistema comunal, una propuesta alternativa al sistema liberal, La Paz, CEA ; Zibechi R. (2007), Dispersar el poder. Los movimientos como poderes antiestatales, Barcelona, Virus editorial.
[5] Bacqué M.-H., Biewener C.(2013), L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte.