Politiques des précaires et supports de l’autonomie par Cyprien Tasset

Quelles politiques de la précarité ?

Il est maintenant admis que « des conditions d’emploi flexibles et souvent précaires pour les nouvelles générations ainsi qu’un gaspillage de capital humain qualifié apparaissent comme une tendance générale en Europe »[1]. Cependant, cette précarité est écartelée entre différents horizons politiques. Tandis que la doctrine gouvernementale dominante soutient que le remède à l’insertion laborieuse des jeunes réside dans la dissolution des protections juridiques de l’emploi, les réflexions plutôt ancrées à gauche sont clivées.

En effet, on y trouve d’un côté un programme de restauration volontariste de la société salariale[2]. Par exemple, en 2011, Jean-Luc Mélenchon déclarait qu’il fallait « abolir le précariat en rendant tellement chers les contrats atypiques qu’il n’y en aura plus »[3]. La gauche radicale du 21e siècle ne fait ici que reprendre, sous une forme atténuée, le programme du Parti Socialiste de 1981, qui proposait déjà, pour résorber le « précariat », de « rétablir le [CDI] comme base normale des relations de travail » et « d’interdire l’activité des agences d’intérim »[4].

 

D’autres tournent cette option en dérision, en se moquant du slogan de « jeunes « précaires » italiens » : « Nous voulons travailler, mais nous ne pouvons pas »[5]. Cela ne revient-il pas à dire : « « nous nous préparons dans les écoles et les universités où nous nous convertissons en individus-pièces d’un casse-tête qui n’existe plus » »[6] ? À quoi bon continuer à attendre la sécurité économique d’un système qui devient de plus en plus exclusif tout en étant rendu instable par les destructions qu’il a semées ? Des ouvrages marquants de ces dernières années invitent plutôt à conquérir collectivement une autonomie radicale, défiante à l’encontre de l’État et du capitalisme[7]. Il n’y a plus lieu alors de se définir comme « précaires » ; il faut s’organiser pour subsister indépendamment des grandes structures vouées à l’épuisement et à la barbarie.

Ces réflexions sont en lien avec des expériences réelles : rébellion zapatiste au Mexique, potagers urbains de Détroit[8] ou ZAD en France. Cependant, alors qu’en Amérique du Sud ces expériences peuvent s’appuyer sur une vie communautaire populaire dense, elles doivent composer en Europe avec des conditions différentes. Par exemple, le RSA est une ressource financière de la ZAD de Notre-Dame des Landes, aux côtés de l’autoproduction agricole et des réseaux de solidarité[9]. Les beaux restes de l’État social français sont donc des conditions vitales pour ces alternatives.

Arrangements individuels au seuil des professions culturelles

La valorisation de l’autonomie et la pluralité des ressources utilisées pour subsister se trouvent également à l’échelle individuelle, chez certains précaires des métiers culturels ou intellectuels. Beaucoup de professions de la culture et du savoir sont bordées par des moratoires d’emploi précaire. Ceux-ci sont plus ou moins longs selon les domaines, et marqués par des épreuves plus ou moins codifiées. Lorsque ce seuil se prolonge, ou plutôt lorsque les individus, sans accéder à des succès définitifs ni subir d’échec irrévocable, parviennent à le faire durer, en assurant leur subsistance sans cesser d’entretenir leurs chances, il peut se charger d’une certaine ambiguïté, voire être valorisé pour lui-même comme une façon de se soustraire aux contraintes de la pleine intégration. Dans ce cas, la persistance repose sur des combinaisons de ressources variées, comme on l’observe chez ces trois trentenaires de la région parisienne :

  • Yann, fils d’un haut fonctionnaire, était entré en dépression après avoir intégré l’École Normale Supérieure d’Ulm. Après avoir travaillé comme vendeur dans une librairie parisienne, il met en place un régime qui associe traductions et cours particuliers, en salariat puis en auto-entreprise. Les revenus qu’il en tire se situent « entre 600 et 1 000 € par mois », et cela lui laisse le temps de lire Adorno « tous les jours, au moins peut-être une demi-heure par jour ». Une parente âgée lui a fait don d’un studio à Paris. L’absence de loyer à payer constitue déjà à ses yeux « une sorte d’allocation » ; c’est une des raisons pour lesquelles il ne demande pas à percevoir le RSA.
  • Stéphane, docteur en sociologie, fonctionne sur la base d’une prévision annuelle. À la rentrée scolaire, il écume son réseau d’amis chercheurs, journalistes, et responsables associatifs, en quête de contrats d’enseignement universitaire, de formations diverses ou d’enquêtes qu’il pourrait prendre en charge. Il planifie ensuite son activité de façon à ce que ses différentes missions lui apportent un revenu annuel entre 15 000 et 20 000 €, sans empiéter les unes sur les autres, et prévoit les périodes pendant lesquelles il dépendra des allocations chômage. Cela lui suffit pour assurer le loyer de son studio en proche banlieue.
  • Depuis son DEA littéraire, Laura cherche à « gagner [s]a vie à moitié, pour avoir le luxe du loisir» et poursuivre une vocation éclatée entre plusieurs supports (chanson, théâtre, littérature, courts-métrages). Ses revenus proviennent de sources disparates : des cours particuliers au noir les premières années, quelques commandes de livres de vulgarisation, des piges, une éphémère mission d’expertise pour une ONG, puis un « boulot de droite » : la participation à des études de marché. Ces activités sont accompagnées de revenus ponctuels découlant de projets artistiques (concours littéraires, bourses d’écriture). Cela n’a pas empêché Laura de bénéficier un temps du RMI, et de contracter des habitudes frugales : « je consommais absolument pas. Ni fringues – je n’achetais pas de disques et puis j’ai gardé cette habitude, j’achetais un peu de bouquins mais surtout je les empruntais en bibliothèque et parfois je les volais. Ou je récupérais des livres auprès de potes qui vidaient leur bibliothèque ». Comme Yann, son logement lui a été assuré par sa famille, ce qui lui a permis de diminuer la part de ses activités nécessaires pour pourvoir aux premières nécessités.

Les supports collectifs de l’autonomisation

Ces trois interviewés rappellent les figures sociales présentes chez Jacques Rancière : « Comme enseignant, j’ai connu pas mal de gens qui sont un peu comme des étudiants à vie, des gens qui aujourd’hui vivent entre plusieurs univers, l’univers des études, celui d’un travail rémunéré qui peut être de gardien de nuit, de charpentier ou de jardinier, et la participation à un univers de pratiques artistiques. Il existe un tas de vies qui se développent entre plusieurs mondes, qui se construisent des arts de vivre à la fois dans la précarité d’une condition et dans le luxe de la pensée »[10]. Mais Rancière évoque aussi une dimension collective, qui est moins prononcée chez les personnes, d’origines sociales plus favorisées, que l’on a citées : « Ceci se traduit aussi par des formes de partage, de solidarité, de sociabilité qui sont assez différentes [de celles] qui pouvaient exister parmi les marxistes de ma génération. Il se tisse quelque chose comme des politiques de la vie »[11].

De telles solidarités apparaissent cependant dans les mots de Gaspard, un autre interviewé, assistant réalisateur, photographe, et réparateur d’ordinateurs au noir, âgé de 44 ans. Lui et sa compagne sont, dit-il, « dans la survie », pas très éloignés d’avoir à voler en supermarché, et ne pourraient pas se permettre d’avoir un enfant. Gaspard est fier de faire preuve d’une coriacité de « cowboy » : « On est devenus capables de beaucoup plus de sang froid que la plupart des salariés, honnêtement. On est capables de se modifier, de s’adapter, de travailler la nuit, de travailler pendant deux semaines non stop ». Mais il signale aussi l’importance de son réseau d’amis : « on est des espèces de petites tribus […] de dix, vingt personnes qui s’entraident entre elles ».

 

Au-delà des « réseaux » informels, nous avons rencontré des formes de solidarité comme les bureaux partagés entre pigistes[12]. Des structures plus ambitieuses se développent[13]. Leur idéal pourrait être formulé comme « un lieu à l’abri de la promotion libérale, pour relativiser la quête d’un statut légitime, et du déclassement intérimaire, pour garder le souci de produire une œuvre ; un lieu où grandi(ssen)t un ou plusieurs auteurs collectifs, dans lequel chaque membre peut se reconnaître et se faire connaître »[14] – ce qui pourrait intéresser nos interviewés précaires des industries culturelles et de l’université. Dans une période où les inégalités se restructurent non seulement autour des niveaux de revenus tirés du travail, mais encore autour de l’accès à la propriété, notamment immobilière[15], de tels collectifs permettraient que le soutien familial ne soit pas le seul levier susceptible de convertir la précarité en autonomie.

L’ampleur que pourront prendre ces collectifs expérimentaux dépend en partie de la question de savoir s’ils parviendront à mobiliser d’autres franges du précariat que celles, éduquées et « créatives », qui constituent leur base sociale privilégiée. Par ailleurs, les expériences coopératives dépendent de la tolérance, voire du soutien des pouvoirs publics, à travers le financement de la culture, du monde associatif et de la protection sociale. En 1980, des experts avaient proposé une « dualisation » du modèle social français entre un secteur technologique concentré, exposé à la concurrence internationale, et un secteur à basse intensité économique, « à mi-chemin du collectif et du productif, des tentatives de retour à la terre et à l’artisanat, […] des expériences de vie communautaire »[16]. En favorisant l’essor des secteurs culturel et associatif ainsi que le redéploiement de la protection sociale (via le RMI), dans les années suivantes, l’État a permis ce compromis entre les forces sociales divergentes qui s’étaient manifestées au cours des années 1970. Loin d’envisager ce type de compromis avec les projets alternatifs, les agendas gouvernementaux menacent de précariser ceux qui y trouvent aujourd’hui des ressources, quitte à susciter des résistances au sein desquelles pourraient se conjuguer les différentes politiques des précaires.

 Cyprien Tasset

[1] M. Samek Lodovici et R. Semenza, Precarious work and high-skilled youth in Europe, Milan, Franco Angeli, 2012, p. 15, notre traduction.
[2] Ou plutôt d'une version nostalgique de celle-ci, moins nuancée que le tableau qu'en offre Robert Castel (Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1999 [1995]).
[3] L'Humanité, le 18 février 2011.
[4] M. Coffineau, et alii (dir.), Travail précaire, Paris, Club du livre socialiste, 1981, p. 84.
[5] G. Esteva et I. Ragazzini, « De la précarité à la convivialité », in S. Contarini et L. Marsi (dir.), Précariat. Pour une critique de la société de précarité, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2014, p. 155.
[6] Ibid., p. 156.
[7] Comité invisible : L'insurrection qui vient, Paris, La Fabrique, 2007 ; Jérôme Baschet : Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien-vivre et multiplicité des mondes. Paris, La Découverte, 2014.
[8] Voir le documentaire de Florent Tillon : Détroit, ville sauvage.
[9] E. Daniel, Le Tour de France des alternatives, Paris, Seuil, 2014, p. 98.
[10] J. Rancière, La Méthode de l'égalité, Paris, Fayard, 2012, p. 296.
[11] Ibid., p. 297.
[12] Une enquête journalistique récente offre un tableau optimiste des écosystèmes de « débrouille », où de jeunes précaires circulent entre squats, collocations, projets écologiques, industries créatives, et Économie Sociale et Solidaire. Sophie Brandström et Mathilde Gaudéchoux : Ma vie à deux balles. Paris, Les Liens qui Libèrent, 2015.
[13] Bureau Marie-Christine et Corsani Antonella, « Les coopératives d’activité et d’emploi : pratiques d’innovation institutionnelle », Revue Française de Socio-Économie, 2015, n°15, vol.1, p. 213‑231.
[14] H. Bourfouka, « Manifeste pour un Commun Intermittent », Multitudes, 2011/2 n°45, p. 52.
[15] L. Chauvel, Les classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil, 2006.
[16] J. Amado et Ch. Stoffaes, « Vers une socio-économie duale ? », in Commissariat général du Plan : La société française et la technologie, Paris, La Documentation française, 1980.