De l’authenticité à la normalisation. Le cas de l’association catalane Familles Lesbiennes et Gaies par Marta Roca i Escoda.

Le présent article, portant sur les formes contemporaines des mobilisations homosexuelles, voudrait contribuer à relativiser le mythe de la « radicalité » des collectifs activistes en général, souvent pensés comme des organisations citoyennes porteuses de projets sociaux novateurs et à la recherche d’une société alternative. Pris par ce romantisme des luttes sociales, les analystes contemporains, notamment en Espagne, négligent en effet souvent les nouveaux mouvements homosexuels qui ne visent pas à remplacer les structures normatives politiques ou culturelles en place mais simplement à les étendre à de nouvelles catégories d’individus. Sortis de la marginalité culturelle « underground » qui était la leur jusque dans les années 1980, ceux-ci sollicitent davantage le droit et impliquent le plus souvent des revendications fortes adressées à l’Etat pour combler un ensemble de vides juridiques.

C’est le cas des demandes de reconnaissance des familles homosexuelles qui luttent pour rompre avec le modèle hégémonique de l’hétéronormativité comme socle du mariage et de la filiation. Ces luttes pour la reconnaissance du mariage et de la famille homosexuelle ont été source de controverses en Espagne. Quelques associations et militants homosexuels de la première heure y voient en effet une reproduction du modèle hétérosexuel et dénoncent une visée de normalisation, qui à leurs yeux se placerait en porte-à-faux par rapport à la radicalité de la lutte et l’authenticité du fait homosexuel. Nous proposons d’approfondir ici ce débat en présentant l’évolution des formes de revendication du mouvement homosexuel catalan, en nous centrant sur les actions de l’association catalane Familles Lesbiennes et Gaies (FLG) qui travaille pour la reconnaissance des familles homoparentales. Bien qu’elle n’ait pas agi directement sur la revendication du mariage homosexuel (puisqu’elle s’est surtout concentrée sur un niveau régional), l’association a revendiqué, dès sa création, la reconnaissance de la parenté et parentalité homosexuelle, en Espagne et en Catalogne. Rechercher la visibilité et la normalisation publique, n’est-ce pas également courir le risque de voir disparaître la recherche libertaire d’un autre monde (non hétéronormatif) possible ?

L’évolution de ses styles d’action du mouvement homosexuel

L’association FLG naît en 2001, regroupant plusieurs personnes lesbiennes se connaissant et ayant des enfants. Ces personnes ont envie de rencontrer d’autres parents, et pensent que d’autres familles, dans la même situation, se trouvent isolées. Via l’utilisation de courriels adressés aux proches, un réseau se constitue petit à petit. Une première rencontre informelle est organisée un samedi à Barcelone : environ cinquante familles, venant de diverses régions de la Catalogne, y assistent. Le succès de cette rencontre indique que plusieurs personnes souhaitaient se réunir et échanger sur leurs expériences.

L’association voit donc très vite le jour. Elle ne dispose pas d’un espace physique propre mais nul n’y voit un inconvénient car les activités (qui regroupent parfois 150 personnes) consistent la plupart du temps en sorties avec les enfants, souvent à la campagne ou dans les parcs publics.

En premier lieu, l’association se présente donc comme un espace de sociabilité, de rencontres et d’activités pour les familles homosexuelles. Mais en second lieu, à travers l’action de son comité, elle entend bien se mobiliser à un niveau politique : il s’agit de s’engager pleinement pour la reconnaissance des familles homoparentales, en s’adressant à l’appareil juridique, mais aussi en opérant un travail de sensibilisation dans les écoles, l’administration publique ou les médias.

Les modes d’organisation de la FLG ne changent guère par rapport aux associations homosexuelles nées dans les années 80 à l’occasion de l’épidémie du Sida. Si changement il y a eu, il est à relever plus en amont. L’arrivée du Sida conduira les associations engagées dans la lutte contre la maladie à subir une forte institutionnalisation en devenant des partenaires de la santé publique. En effet, dans le cadre de la mise en place des politiques de prévention et de lutte contre le sida, on voit s’opérer un changement tant dans les modes de fonctionnement organisationnel (à travers une professionnalisation des militants) que dans le style et contenu des revendications.

Influencée par cette institutionnalisation d’une partie du mouvement gay, la FLG a opté, dès le départ, pour un nombre précis de formes d’action qui semblent, à bien des égards, s’éloigner des répertoires les plus utilisés par les mouvements sociaux telles que les manifestations et autres démonstrations publiques. Lors de la première assemblée en 2001, une série d’objectifs ont été formulés : la nécessité de faire valoir l’existence des familles homosexuelles, partager leurs expériences communes, créer des espaces de rencontre, les rendre visibles auprès des crèches et des écoles. L’objet de la lutte est nouveau. Si les mouvements homosexuels ont milité et militent pour les droits des personnes homosexuelles, la FLG centre son combat sur l’égalité et la protection des enfants et familles homosexuelles, ce qui implique de consacrer du temps à la recherche d’une maîtrise du droit plutôt qu’à la mise sur pieds d’actions publiques marquantes.

A ce titre, les actions du comité ne sont pas décidées par tous ses membres en assemblée générale mais uniquement par ses leaders. Peu en importe aux membres d’ailleurs, car le comité vise à faire évoluer le droit afin de faire progresser leurs droits. Ils s’accordent à concéder au comité une représentativité : ses actions valent pour « toutes les familles homoparentales » convient-on.

Le travail de visibilisation et les revendications dirigées vers l’arène législative

Dès l’origine le recrutement des membres du comité est conditionné par la recherche de soutiens juridiques et politiques. Ils doivent être susceptibles de se mobiliser en direction d’un ensemble limité d’instances bien constituées comme les partis politiques, l’administration publique et les médias. Les huit personnes qui composent le comité à ce jour ont un niveau d’études particulièrement élevé et exercent des professions intellectuelles supérieures et intermédiaires dans des secteurs publics tels que ceux de la santé et du travail social.

Au regard de la nature même de ce travail politique auprès des instances juridiques et gouvernementales et de la nature clairement pédagogique des actions menées (donner à voir une réalité existante et la rendre normale), il n’est pas difficile de cerner l’objectif ultime de la FLG : l’acceptation sociale d’une réalité familiale non hétéronormée. L’association a, par exemple, fait réaliser un film-documentaire en 2008, « Homo Baby-Boom ». Le DVD est accompagné d’outils pédagogiques pour être visionné dans les écoles afin de sensibiliser les familles, les enfants et les enseignants. Ce travail atteste tant d’une volonté de visibilisation des couples gays que de normalisation sociale de leur choix de vie.  En effet, pour ses membres, se doter d’une existence collective et veiller à la faire reconnaître, c’est aussi affirmer une normalité, « on est des familles comme les autres ». Et pour en convaincre le spectateur, le documentaire « Homo baby-boom » fait témoigner des couples très ordinaires avec des enfants qui le sont tout autant, en excluant volontairement des couples de lesbiennes « très masculines », des couples de gays très « maniérés » ou encore des couples de transsexuels. On le voit, c’est en fin de compte la proximité symbolique avec les standards hétérosexuels qui fut ici recherchée, de la même manière que lorsque se revendique le droit des homosexuels au mariage « pour tous » depuis une vingtaine d’années alors qu’il y a à peine plus longtemps, certains mouvements gays auraient volontiers avancé la revendication bien plus révolutionnaire du mariage « pour personne », afin d’en finir avec cette « vieille institution », illustre symbole vacillant de l’institution patriarcale.

Dès l’origine, il s’est agi pour la FLG de se faire voir sous le jour de familles aux membres « classiques », loin des stéréotypes vestimentaires ou comportementaux habituellement attribués aux milieux homosexuels, et avec toutes les qualités et les problèmes quotidiens liés à l’éducation des enfants. Aussi la structure est-elle en permanence amenée à balancer entre le désir d’assumer et de montrer sa différence identitaire et celle de la voir disparaître au fil des documentaires, des rencontres politiques et des messages assurés par leurs relais médiatiques : « c’est précisément parce qu’on est différents (famille homosexuelle) que nos enfants et nous-mêmes sommes discriminés » (page web FLG).

Marta Roca i Escoda