Les acteurs des nouveaux médias numériques et les soulèvements arabes par Jean Marc Salmon

La tyrannie de Ben Ali, simultanément, avait poussé au développement de l’Internet tunisien et s’était dotée des moyens techniques de contrôler l’expression des internautes tunisiens. D’un côté, avec ses politiques d’insertion dans les flux mondialisés, un Tunisien sur quatre disposait d’un accès Internet. De l’autre, les services de contrôle n’hésitaient pas à rendre inaccessibles les blogs critiques trop ouvertement et à bloquer les accès aux plate-formes d’échange et d’archivage vidéos (Flickr, You Tube, Dailymotion.) Des dispositifs analogues existaient dans plusieurs autres pays comme le Bahrein, la Lybie ou la Syrie[1]. Cependant, derrière les travaux de Marshall Mc Luhan, un courant de pensée considéra dès la fin du 20ème siècle que les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) ouvrait des révolutions socio-culturelles. Il était tentant de faire un pas de plus et de transformer ces « révolutions de la communication » en communications de la Révolution[2]. Depuis le début du 21ème siècle, il a été avancé qu’elles débloqueraient les situations politiques au Moyen-Orient, par une « révolution des blogueurs », puis une « révolution Twitter » et enfin une « révolution Facebook ». Ceci sembla plus vrai que jamais quand Ben Ali s’enfuit le 14 janvier 2011 et que la place Tahir fut occupée.

Les technologies numériques en contexte

À l’encontre de ce déterminisme technologique, serait-il plus fructueux de contextualiser ces usages innovatifs ? De travailler l’hypothèse d’un « bouclage numérique » quotidien ? Les vidéos tournées par des smartphones après avoir transité par Facebook et You Tube fournissaient la matière première des télévisions satellitaires, à commencer par AlJazira, rapidement suivie par France24, AlArabyia, BBC… Ce rôle éminent des télévisions étrangères, dès le premier jour du soulèvement tunisien quand Mohamed Bouazizi s’immola sur une place de Sidi Bouzid, incite à s’interroger sur les subtextes des différentes chaînes et les contextes dans lesquels elles opèrent. Ce « bouclage numérique » quotidien, des smartphones à AlJazira, contrecarra les dispositifs nationaux de censure et de contrôle de l’information. Donnant à voir, il fournit les moyens de comprendre les mouvements à des audiences de masse. Il contribua à élargir la sympathie dans des milieux populaires et âgés. Faut-il aller jusqu’à penser que ce bouclage informationnel alimenta par rétroaction les mouvements de rue naissants et contribua à leur élargissement ?

En Tunisie, il y eut au début l’événement de Sidi Bouzid, une ville excentrée. Soulignons que les émeutes s’élargirent de façon rhyzomatique à l’arrière-pays marginalisé pendant 25 jours. Faut-il y voir d’abord un mouvement de déshérités ? Dans cette période, les cercles de facebookers se transformèrent progressivement en espace d’information. On trouvait sur Facebook les vidéos de ces affrontements avant qu’elles soient reprises par les télévisions satellitaires étrangères… Quand les émeutes quittèrent les périphéries pour gagner l’avant-pays, ouvert aux flux de la mondialisation (investissements directs, tourisme…), de Tunis au Sahel, il resta 4 jours avant que Ben Ali s’enfuit.

De la périphérie à la centralité 

Le mouvement tunisien fut sans verticalité, sans direction nationale ; animé ville par ville par des réseaux locaux. D’où ses aspects « multitudinaires » et micro-politiques. Et cependant, des soulèvements arabes, il fut celui qui aboutit le plus vite : en 29 jours. La célérité et l’horizontalité sont des caractéristiques souvent prêtées à la galaxie Internet[3]. Faut-il y voir une relation de causalité ? La Tunisie fut le premier pays de la rive sud de la Méditerranée à se brancher sur Internet. Tunis, elle-même périphérique au monde arabe donna le « la » à son centre politique historique. Au Caire, le mouvement se donna un espace public physique et central, la place Tahir. Les différents groupes politiques aspirant à reconstruire la politique égyptienne s’y installèrent et furent rapidement les protagonistes des débats d’orientation de ce « premier épisode révolutionnaire ». Parallèlement, le mouvement se développa dans les autres villes centrales du Nord du pays, Alexandrie, Ismaïlia, Suez… Dans le centre historique qu’est l’Égypte pour le monde arabe, le mouvement fut lui-même centralisé. Question de culture politique ?

Il est tentant de différencier les deux soulèvements. Du côté tunisien, périphérie, micropolitique et célérité, du côté égyptien, centralité, macropolitique et rebondissements avec le « deuxième épisode révolutionnaire » depuis la répression de la manifestation du 9 novembre 2011 dans le quartier Maspéro et la réoccupation de la place Tahir…

Il faut aussi distinguer la pénétration d’Internet selon les pays. La situation est extrêmement contrastée entre la Tunisie où un Tunisien sur quatre dispose d’un accès : l’Égypte, un sur dix et le Yémen, un sur cent…Au-delà des différences de contextes politiques nationaux[4], y a-t-il des modes d’appropriations partagés ? Les réseaux sociaux ont été instrumentalisés par leurs utilisateurs et sont devenus un lieu focal au point de susciter un engouement. Dans ces pays, la figure de la révolution a-t-elle été le meilleur agent marketing de Facebook ? De club d’échanges culturels, ludiques et personnels, Facebook a été transformé momentanément en un maillage informatif et politique. Le rôle de Facebook qui permet des échanges vidéos dans un cercle d’amis a été détourné avec succès pour servir de palliatif quand l’accès aux plateformes d’échanges vidéos (You Tube, Flickr, Dailymotion…) et de streaming étaient bloqués par les autorités. Le plus important fut-il la circulation des visuels et non pas des textes ? Faut-il penser qu’il y a une « véridicité » de l’image qu’aurait perdue le texte trop souvent manipulé dans des régimes autoritaires, ou pire tyranniques?

La force de l’entre-deux langues et le désir de reconstruction

Le souci de transmettre des informations à l’extérieur fut largement partagé. Les internautes visaient deux cibles, les diasporas et les média (arabophones et autres). Les diasporas ont-elles fonctionné comme des bases arrières de la contestation ? En leurs seins, les opposants les plus fermes avaient du se réfugier, les cyberpolitiques comme les politiques traditionnels. Ils avaient développé des bases politiques parmi les expatriés. Bien entendu, le rôle des diasporas dépend de l’ampleur quantitative des migrations mais aussi des régions d’accueil. La diaspora tunisienne, largement basée en Europe, entretient le bilinguisme sur la toile tunisienne. Au point que des chercheurs ont forgé l’expression de « bridgebloggers » pour désigner les blogueurs à cheval sur deux univers linguistiques. La notion est particulièrement utile au Maghreb et au Liban. Quant aux blogueurs basés dans les pays arabes, le recours à l’anglais et au français sont aussi des moyens de s’adresser aux medias internationaux.

Un trait largement partagé est la fracture générationnelle. Facebook est d’abord un réseau de clubs virtuels de jeunes – le mot de club soulignant qu’on est coopté dans des cercles d’amis. Dans les pays arabes, entre la moitié et les deux tiers des facebookers ont moins de 26 ans.[5] Les réseaux sociaux ont donné un espace d’expression autonome à une jeunesse qui est démographiquement un segment majeur dans la population. Mais, souvent à sa fraction la plus éduquée. L’usage important du français ou de l’anglais, langues apprises au lycée, l’atteste en Tunisie comme en Égypte, à l’encontre de la Lybie ou du Yémen. D’où un risque de sureprésentation de leurs motivations dans les analyses des soulèvements. On a souvent avancé, par exemple, qu’il s’agissait en Tunisie d’un mouvement porté par les jeunes diplômés au chômage. Ainsi, insidieusement, Mohamed Bouazizi bénéficia d’une sorte de télé-promotion sociale. On en fit un étudiant ayant dû arrêter ses études supérieures alors que d’emblée, AlJazira et France 24 le présentèrent comme un jeune ayant interrompu ses études secondaires… Or, en Tunisie, le rôle majeur de l’arrière-pays pointe les racines sociales du soulèvement.

Au-delà des spécifications nationales, la chaîne des révoltes arabes contre les tyrannies exprime un désir de reconstruction du politique, l’émergence inattendue de sujets politiques. Le rôle plus ou moins marqué d’Internet- des réseaux sociaux et parfois des plateformes d’échanges et d’archivages qu’il héberge- incite ainsi à s’interroger sur la relation de la jeunesse aux technologies numériques. Faut-il considérer Internet, avec ses potentiels d’interactivité, les réseaux sociaux avec ceux d’une forte réciprocité[6] comme des terreaux d’une individualisation grandissante ? Et, les internautes comme une nouvelle aile marchante dans des processus de long terme d’individuation[7]?

Jean-Marc Salmon [b]

[a] Version légèrement remaniée d’un article initialement publié en décembre 2011 dans la revue : Hommes et Liberté, n°156, p. 44-46.

[b] Jean-Marc Salmon est sociologue, professeur associé et membre de l’équipe de recherche « Ethique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) à Télécom Ecole de Management, il est également chercheur au Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain (LASCO), Université Paris Descartes / Institut Mines-Télécom Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Lé désir de société. Des Restaurants du cœur au mouvement des chômeurs, Paris, La Découverte, 1998 ; Un monde à grande vitesse. Globalisation, mode d’emploi, Paris, Seuil, 2000.

[1]Reporters sans frontières, « Les ennemis d’Internet », mars 2011.

[2] Hofheinz, A., « Nextopia ? Beyond Revolution 2.0 », IJoC 5 (2011), 1417-1434.

[3] Salmon, J.M., Y.-M., Un monde à grande vitesse, Seuil, 2000.

[4] Musso, P., « Révolutions « facebook » ou révoltes populaires ? » Ecorev, 37, 53-63.

[5] En 2011, les jeunes de moins de 26 ans représentent 64% des facebookers au Yémen, 59% en Égypte, 56% en Tunisie et 49% en Lybie (Source Facebakers).

[6] Allagui, I. et Kuebler, J., « The Arab Spring and the Role of the ICTs », IJoC 5 (2011°, 1435-1442.

[7] Cf. Courbage, Y. et Todd, E., Le rendez-vous des civilisations, Le Seuil, 2007.