La déconnexion comme épreuve hypermoderne par Francis Jauréguiberry

Depuis quelque temps, et avec une nette accélération ces derniers mois, la presse se fait écho d’expériences de déconnexion aux technologies de communication. Ce qui peut sembler paradoxal quand on connaît l’engouement que ces mêmes technologies ont rencontré parmi la population. Synonyme d’extension relationnelle et d’accélérateur d’échanges, à la fois d’appartenance et d’ouverture, d’expériences créatives inédites et de nouvelles formes de participations ou de distraction, les technologies de communication sont tellement pratiques, utiles et pleines de promesses que la non-connexion est plutôt pensée comme une injustice (ce que la notion de fracture numérique a recouvert dès leur apparition). On comprend donc mal ce qui pousse certains à se déconnecter.

Une lecture des reportages et témoignages permet de dégager une première explication : la déconnexion est vécue comme une fuite. Il s’agit d’échapper à une overdose de connexion : le désir de déconnexion apparaît dans des situations de saturation, de trop-plein informationnel, de débordement cognitif, de harcèlement ou de surveillance dans lequel l’individu se sent dépassé ou soumis. La pression transitant par les technologies, il y a comme un espoir diffus qu’en bridant celles-ci, celle-là s’en trouvera diminuée. Dans les cas extrêmes de burn out, le rejet des technologies fait partie intégrante d’attitudes de défenses ultimes qui permettent à l’individu de survivre quand il ne peut plus lutter. À l’image d’un disjoncteur qui saute lorsque l’intensité électrique devient trop importante, la déconnexion est ici purement réactive. Les témoignages des personnes ayant traversé un épisode de burn out montrent tous que la déconnexion n’est pas volontaire mais automatique, au même titre que l’arrêt immédiat du travail. Les burn out sont souvent présentés comme des formes d’effondrement de soi sous le poids de surcharges de travail ou sous la pression de sur-sollicitations. Mais les cas cliniques montrent qu’ils relèvent surtout de l’accumulation du sentiment de ne pas pouvoir y faire face ou de l’absence de raisons d’y faire face. « Ne pas pouvoir y faire face » signifie manquer de temps, de ressources cognitives, de capital culturel, d’énergie pour traiter un nombre d’e-mails ou de SMS manifestement trop grand pour être raisonnablement gérés, ou pour répondre à un nombre d’appels téléphoniques trop fréquents pour ne pas être perturbants, ou encore pour entretenir de façon satisfaisante ses réseaux sociaux sur Internet, c’est-à-dire sans avoir constamment l’impression d’être en retard. « L’absence de raison de le faire » signifie qu’à force d’être sollicité pour des choses urgentes et importantes devant être traitées toute affaire cessante mais se révélant ensuite insignifiantes, à force de subir l’injonction paradoxale de s’investir pleinement et durablement dans des projets dans un monde dominé par la flexibilité et l’adaptation, les raisons de croire s’érodent et celles d’espérer disparaissent. C’est dans cet état dépressionnaire que les burn out apparaissent. Les technologies de communication ne les provoquent pas mais leur usage inconsidéré, c’est-à-dire constant, à flux tendu et sans aucune prise de recul, oui.

Cette hypothèse de la déconnexion comme moyen d’échapper au burn out et plus largement à ce que j’avais appelé quelques années auparavant le « syndrome du zappeur » a largement été vérifiée (c’est parce qu’il y a trop de branchements, trop de connexions, trop d’interpellations, trop de simultanéité, trop de bruits et trop d’informations qu’un désir de déconnexion apparaît), mais sous une forme qui la relativise grandement : on parle plus de déconnexion que l’on se déconnecte ou, plus précisément, les formes de déconnexion observées ne renvoient jamais à un abandon définitif des technologies et rarement à des coupures de plus de quelques jours. La déconnexion n’est jamais irréversible mais toujours ponctuelle, partielle et située dans des contextes de saturation ou de débordement. Il ne s’agit pas de renoncer aux TIC mais d’essayer d’en maîtriser l’usage en instaurant des coupures, des sas temporels, des mises à distance. Lorsqu’elle n’est pas commandée par ces attitudes de défense ou de recul face à trop d’interpellations ou de sollicitations non désirées, la déconnexion est toujours présentée comme le fruit d’un choix souvent expliqué par la défense d’un temps à soi dans un contexte de mise en synchronie généralisée, par la préservation de ses propres rythmes dans un monde poussant à l’accélération, par le droit de ne pas être dérangé dans un environnent télécommunicationnel intrusif, et à la volonté d’être tout à ce que l’on fait dans un entourage portant au zapping et à la dispersion. L’attente, l’isolement et le silence, longtemps combattus, car synonymes de pauvreté, d’enfermement ou de solitude réapparaissent dans ce cadre non plus comme quelque chose de subi mais de choisi. Ces déconnexions peuvent être très éphémères et sont la plupart du temps partielles et situées. Toutes relèvent d’une économie de l’attention et mobilisent à la fois un ensemble de règles quasi techniques, un art de l’évaluation et une capacité d’action[1].

Mais l’un des résultats les plus originaux des terrains que nous avons pu mener sur les conduites de déconnexion, conduit encore plus loin. Lorsque la déconnexion n’est pas vécue comme un simple mouvement de repli face à trop d’interpellations, comme une pause ou un instant de repos, et lorsqu’elle n’est pas non plus principalement motivée par la volonté d’être « tout à ce que l’on fait » ou « tout à son interlocuteur » ou encore « tout au spectacle auquel on assiste », alors elle est décrite comme une « coupure », une « prise de distance », une « retraite », visant à « se retrouver », à « faire le point ». Elle ouvre un moment ou une période de dialogue de soi à soi, de réflexivité, de confrontation avec le sens de sa vie et de retrouvailles avec son intériorité. Cette expérience de l’intériorité n’est jamais simple. Elle se pose en tension avec les logiques de reconnaissance et de gain qui motivent la connexion. Lors des déconnexions de ce type, il n’y a en effet plus d’e-mails, plus d’appels ou plus de réseaux sociaux pour attester de son existence aux yeux des autres, plus de tweets ou d’Internet pour informer de la marche de ce monde ! Il n’y a plus de stimulations extérieures, plus de notifications, plus de distractions et d’occupations immédiates. Il n’y a plus rien en dehors des seules empreintes que tout cela a laissées sur soi et qu’il s’agit justement d’ordonner afin de leur donner du sens. Le choix, de l’aveu même des interviewés, est toujours délicat et difficile à faire. Il s’agit en effet et en particulier de renoncer, même si ce n’est que pour cinq minutes, à tout ce qui, potentiellement, pourrait parvenir à eux, précisément par ces canaux qu’ils décident de momentanément couper. La déconnexion implique alors une prise de risque et le fait même de l’assumer est vécu comme une victoire. Victoire sur la crainte de manquer quelque chose, victoire sur la peur de s’ennuyer, victoire de ne pouvoir compter que sur soi. Enfin, se déconnecter, c’est aussi prendre le risque de soi-même. Celui de se retrouver seul, vide, sans ressource ou sans but. Ce sont des moments difficiles car la confrontation avec le sens de son existence est toujours périlleuse. Ce n’est pas seulement la curiosité ou l’espoir d’advenance qui motive ceux qui, dès qu’ils ont cinq minutes, pianotent sur leur clavier. Et ce n’est pas seulement l’ennui qu’ils fuient ainsi : c’est aussi l’angoisse existentielle. Les technologies de communication sont d’incroyables machines à combler tout temps mort en stimulant, informant, instruisant ou distrayant. Mais dans une perspective pascalienne, il est aussi possible de dire qu’elles sont à la mesure de la soif de divertissement de l’homme qui fuit les questions existentielles ou plus simplement celle du sens de la vie.

Se déconnecter c’est donc aussi se mettre à distance du monde et adopter une position d’introspection, de méditation ou de contemplation. Mais c’est moins de cette introspection fondamentale liée à la condition humaine dont nous ont majoritairement parlé ceux qui ont vécu une expérience de déconnexion que d’une réflexivité peut-être plus banale mais beaucoup plus pressante. Celle dictée par l’impératif intérieur de « faire un peu d’ordre » dans leur vie, d’y « voir un peu plus clair » ou de « faire le point ». La déconnexion peut alors se révéler saisissante : à partir du moment où l’état de connexion quasi permanent devient la normalité du quotidien, la déconnexion (si celle-ci se prolonge au-delà de quelques heures et encore plus de quelques jours) représente une telle rupture qu’elle fait presque automatiquement émerger des questions de fond. C’est comme si la déconnexion produisait un brusque appel d’air emportant toute agitation, distraction et dispersion pour laisser l’individu seul face à lui-même. Le contraste est tel que l’ennui n’y a souvent plus sa place : la confrontation brutale avec le sens de sa vie occupe tout l’espace. Alors le silence interpelle, la distance questionne et le passé resurgit. La recherche d’une cohérence et d’une continuité de soi, le travail incessant d’une signifiance intime et la défense d’une autonomie se posent alors dans toute leur acuité.

Dans ce « travail », l’individu contemporain est seul. Certes, il n’a jamais été aussi lié, immédiatement, à autant de personnes, aussi informée d’autant de choses différentes, et aussi susceptible d’y réagir d’où qu’il soit. Mais lorsque les réseaux se taisent et le silence se fait, il se retrouve confronté au sens de son existence en termes de choix et de responsabilité. Démiurge de lui-même, il n’est plus l’objet d’un destin, mais semble être le seul maître de sa vie. C’est en cela que la déconnexion est une épreuve pour l’individu contemporain : si son environnement social et, précisément, ses connexions l’assignent à chercher sa voie et à en assumer la direction, la déconnexion le confronte à l’impératif de leur donner un sens.

Francis Jauréguiberry

[1] Pour une description et analyse de ces conduites, voir Jauréguiberry (2014). « La déconnexion aux technologies de communication », Réseaux, n° 186, pp. 17-49.