Sociologues dans la Cité ou sociologie dans la cité ? par Marc-Henry Soulet

Faut-il désespérer Billancourt ? Faut-il regretter l’évanouissement du sociologue intellectuel ou de l’intellectuel sociologue, qu’il fût spécifique ou sans attaches, mû par l’éthique de la conviction ou celle de la responsabilité ? Faut-il se lamenter de la quasi-disparition dans l’espace public de la voix des sociologues écrasée par les énoncés dogmatiques de quelques disciplines insensibles à l’esprit de la réfutation quand bien même les faits viendraient régulièrement les démentir ? Faut-il s’indigner de la tendance ancillaire que prend la sociologie, se rapprochant de ces savoirs auxiliaires au service d’autres dynamiques scientifiques, condamnée alors à ne plus fournir qu’un peu de chair à la puissance d’autres raisonnements disciplinaires pour rendre compte d’une complexité née de l’interférence de l’humain et du social dans l’objet à analyser ? Faut-il s’élever contre le morcellement et la fragmentation des approches sociologiques conduisant au renforcement de postures d’experts localisés et à la perte d’une compréhension englobante du social ? Faut-il se révolter contre l’usage médiatique des « variables sociologiques » qui vient dispenser de tout raisonnement analytique sur le monde social ?

Certes, et fortement même, car il s’agit là de manifestations qui viennent bouleverser la présence et la reconnaissance de la sociologie dans l’espace public. Et c’est probablement là tout l’intérêt d’une initiative comme celle lancée par l’Aislf avec le projet Sociologues dans la Cité. Certes, mais il faut toutefois se méfier de l’indignation si elle ne vise qu’au retour à l’« âge d’or » de l’intellectuel sociologue pouvant légitimement se prononcer sur tout, entendu et parfois écouté parce qu’il livrait une vision du monde à des auditeurs émerveillés et conquis. Bien sûr il s’agissait d’une fiction, mais les acteurs sociaux, à tout le moins les sociologues, y croyaient. Dire le monde à ceux qui ne pouvaient le faire par eux-mêmes. Dévoiler ses structures, énoncer les enjeux qui l’animaient, formuler les desseins qu’il autorisait, identifier les contradictions qui le traversaient… Bref délivrer la parole sociologique du haut de son piédestal, fut-il un simple tonneau dans une entrée d’usine

Mais les temps ont changé. Pas seulement parce que le moment de l’intellectuel est passé. Pas seulement parce que les conditions structurelles d’émergence de la sociologie « diseuse » du monde ne sont plus réunies aujourd’hui. Mais aussi, et surtout, parce que la sociologie s’est répandue dans la cité. Il faut prendre acte de ce phénomène que l’on a trop tendance à sous-estimer, voire à négliger. Combien d’étudiants nous avons formés dans nos licences et nos maîtrises de sociologie ! Combien de personnes ont suivi des formations professionnalisantes s’appuyant sur la démarche sociologique ! Combien d’expertises sociologiques ont été conduites auprès d’institutions en mal d’un regard autant décalé que stimulant ! De nombreux acteurs ont été socialisés, quand ce n’est pas formés, à la sociologie. Ils en ont gardé les pratiques d’enquête et les concepts-clé, à telle enseigne que l’on peut désormais parler d’un savoir sociologique ordinaire. Celui-ci soulève de fortes attentes d’explication et institue ainsi des publics aussi attentifs que variés, comme en témoigne l’ample demande de recherche partenariale. Comme si la réalité du recours aux savoirs sociologiques était devenue banalisée et nécessaire. Ainsi s’est tout à la fois instituée une forte demande de savoirs sociologiques accessibles ne passant pas par les exigences complètes et accomplies d’un cursus universitaire proprement dit, en même temps que diffusé un savoir sociologique partagé sur le monde social qui non seulement en structure, en imprègne tout au moins, les modes de représentation mais encore informe les modes d’action sur lui.

Probablement l’enseignement majeur qu’il faut tirer de ce constat d’une nouvelle place occupée par les savoirs sociologiques dans l’espace public réside-t-il dans la « mutation » de l’expertise sociologique. Cette socialisation sociologique d’un nombre importants d’acteurs sociaux doit réinterroger la fonction pédagogique du sociologue dans la Cité. Il conviendrait alors, à côté de la figure de l’intellectuel dont s’est nourrie la pratique de la sociologie, de réhabiliter celle du pédagogue. Mais un pédagogue singulier, pas la figure qui vise à transmettre un héritage disciplinaire et à prolonger une filiation intellectuelle, mais bien davantage celle qui produit, sans peut-être s’en rendre compte, à tout le moins sans en maîtriser le processus, des « sociologues amateurs ». Des médiateurs sociologiques à même de se servir d’éléments conceptuels ou de bribes de raisonnement sociologique dans la construction de leur représentation du monde et de leur capacité d’agir sur celui-ci, mais aussi de peser sur celles de leur proches et de leur environnement et ainsi de participer à la constitution de publics informés par la sociologie (au double de sens de mis en forme et de renseignés par). Et probablement faut-il se pencher avec une attention soutenue sur ces agents sociologisés, initiateurs de transposition plus que traducteurs, partiellement acculturés aux mécanismes de production des connaissances sociologiques, au maniement des concepts et à la maîtrise des procédures formelles du travail scientifique, et tenter de saisir quels travail ils participent à produire dans la Cité, dans les dynamiques organisationnelles et les jeux institutionnels, dans la vie quotidienne et dans les représentations individuelles et collectives.

Bref, ces passerelles entre sociologie instituée et vie sociale sont à prendre au sérieux parce qu’elles participent à donner corps à une forme d’agir social transformateur dont les modalités d’action ne sont ni claires, ni thématisées. Penser la sociologie dans la cité, c’est ainsi poser autrement le débat des rapports entre sociologues et Cité. Ce n’est plus entrer par la question de l’engagement, le sociologue peut-il, doit-il, intervenir dans l’espace public, mais s’attacher à comprendre quel est l’agir médiat que produit cette diffusion de formes disparates de savoirs sociologiques ordinaires que participe à soutenir et à développer l’exercice même de la sociologie constituée. C’est comprendre ce qui est à l’œuvre dans ce passage pour pouvoir saisir ce qu’il produit ou ce qui se produit à cette occasion.

Parler d’« agir sociologique » pour qualifier ce phénomène, ce n’est pas, malgré une proximité sémantique apparente, renvoyer aux notions et aux pratiques de la recherche-action, de l’intervention sociologique ou bien encore de la sociologie de l’intervention, mais bien davantage référer à la perspective, agissante bien sûr, des savoirs sociologiques ordinaires et diffus qui serait activée par un processus de formation non explicite et non contrôlé. Cette sociologie dans la cité n’est pas pour autant à tenir pour une « sociologie de sens commun », mais davantage à voir comme une information sociologique (dans les contenus comme dans les modes de raisonnement) auprès de la cité participant à produire des cadres de pensée et de compréhension du monde social. Parler d’agir sociologique, c’est devoir penser alors la liaison entre contenus disciplinaires (qu’ils soient théoriques, conceptuels ou méthodologiques), appropriation partielle de ceux-ci et contextes locaux d’inscription, et s’interroger sur les compétences particulières qu’il présuppose pour exister et être à l’œuvre. Parler d’agir sociologique en ce sens, c’est immanquablement ouvrir la voie à une épistémologie plus tolérante, intégrant un déplacement partiel du champ de légitimation des connaissances produites (ce n’est plus la seule communauté de pairs qui en juge la pertinence et la recevabilité), une relative collectivisation/diversification de l’usage des savoirs sociologiques et le rôle-clé dans la production des connaissances du monde social de la confrontation d’interprétations à statut hétérogène et consistance sociologique inégale, mais toutes marquées du sceau d’une extension de la « compétence sociologique ». C’est en même temps, devoir en tirer les conséquences sur la nature même du travail scientifique et de la dynamique disciplinaire au sein de la sociologie proprement dite.

Marc-Henry Soulet

Université de Fribourg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *