L’expert et le spectateur engagé, deux figures contrastées du sociologue professionnel par Claude Javeau

Si l’on prend en compte l’ensemble des personnages qui exercent leur profession principale au départ d’une déclaration explicite d’appartenance à la catégorie socio-professionnelle de sociologue, quelle que soit au demeurant leur formation scolaire finale, on pourra leur donner l’appellation de « gent sociologique » et découvrir au sein de celle-ci diverses figures idéal-typiques.

J’en ai proposé ailleurs un répertoire teinté, j’en conviens, d’une certaine ironie.[1] J’ai choisi ici d’en isoler deux, aux contours, il est vrai, quelque peu différents même si les caractérisations retenues restent dans l’ensemble assez semblables :l’expert et le spectateur engagé. Le premier se retrouve dans ma typologie sous les espèces du « scribe accroupi », tandis que le seconde serait plutôt porteur du « syndrome de Scarpetta ». Le type de sociologue d’Etat ou d’entreprise, vivant de la commande institutionnelle, publique ou privée, illustrerait cette première figure, tandis que celle du praticien féru d’une posture critique illustrerait plutôt la seconde. Notons que chez un même personnage les deux types peuvent parfois se confondre ou être adoptés à divers moments de la carrière.

Expert

L’expert d’abord, au sens anglo-saxon du terme, de celui ou celle porteur-euse d’une expertise, c’est-à-dire d’un ensemble de compétences sollicitables et affirmées (souvent, en l’occurrence, auto-affirmées). Dans un ouvrage dont je recommanderais volontiers la lecture, il est justement précisé que « le rôle de l’expert (…) implique que le savant ne se contente pas (…) des échanges scientifiques qu’il a avec ses pairs, mais qu’il se met au service de personnes ou d’institutions extérieures au monde savant, d’aucunes pouvant lui commander des recherches dans le cadre d’une relation de service (entre professionnel et « client »), et certaines relevant en particulier du champ politique »[2]. Le terme « savant » est ici utilisé dans le sens banal de « celui qui sait ». Peut-être gagnerait-on, pour éviter la confusion avec ceux et celles qui ont participé de manière insigne à l’avancement des sciences (Pasteur, Einstein, Curie, etc.), à utiliser le néologisme de « sachant » pour désigner le personnage visé dans la citation ci-dessus.

Ce qui caractérise l’expert, ainsi défini, est la nature du lien social qui le concerne dans cette qualité. Le même auteur souligne à juste titre qu’il ne convient pas « de diaboliser en la dénonçant comme intrinsèquement corrompue, toute possibilité qu’une recherche soit commanditée par un organisme extérieur au champ scientifique »[3]. Et de citer, très opportunément, la commandite du National Institute for Mental Health des Etats-Unis à Goffman pour la recherche qui aboutira à cet ouvrage riche en perspectives théoriques intitulé Asiles (Asylums, 1961)[4]. Il n’est pas interdit à un expert d’être vraiment compétent et par surcroît d’être capable de « ruser », à des fins véritablement scientifiques avec son commanditaire. Des produits collatéraux peuvent être tirés d’une enquête en apparence routinière. J’ai moi-même développé mes réflexions sur une sociologie de la vie quotidienne au départ de ma collaboration à une enquête multi-nationale ayant pour objet les budgets-temps de citoyens dans dix sites d’investigation différents[5]. Il est vrai que le commanditaire était une agence au statut international associée à l’UNESCO.

Mais l’essentiel de la profession d’expert, en l’occurrence sociologique (mais cela pourrait valoir dans d’autres domaines comme l’économie, le droit ou la médecine, ne se limite pas à détourner à des fins proclamées scientifiques des travaux effectués sur commande. Ce sont ces travaux-là qui constituent l’essentiel de son activité et la source principale de sa rémunération. On distinguera entre les activités d’étude proprement dites, que l’on pourrait dire « de cabinet » et les interventions dans la presse et les médias audio-visuels. Ce n’est pas là le principal de la fonction d’expert, mais c’est la plus visible.

Le sociologue y apparaît comme une espèce d’oracle, dont les jugements sont présentés comme étant pratiquement apodictiques, même s’ils ne tiennent qu’en quelques phrases. Cette figure particulière n’est au fond que celle de l’expert d’occasion, même si elle est souvent occupée par quelques-uns, que l’on vient solliciter en raison de leurs facultés de communication. Il s’agit d’un jeu entre « savant » (ou sachant) consulté et dispositif médiatique : d’un côté, s’exprimer brièvement sur « un problème de société », de l’autre, attirer le lecteur, l’auditeur ou le téléspectateur dans les rets de l’information simplifiée et quasiment irréfutable. Pour la pythie sociologique, l’enjeu est de ne pas être dupe du faux privilège qui lui est accordé. En réalité, c’est un service rendu, et à titre gratuit. Il ne faudrait pas que le dispositif en question apparût comme dispensateur d’honneurs aussi factices que passagers. Puis-je ajouter que c’est un jeu que je connais bien et dont j’ai appris au cours des ans à reconnaître les pièges ? Les journalistes en général, ne comprennent pas que l’on puisse refuser de répondre à leurs appels. Mais il y va tant de la dignité personnelle du sociologue que de celle de sa profession. Au sein de celle-ci, ce souci n’est pas partagé par tout le monde, tant  s’en faut.

Chercheur commandité

Tout différent est le rôle du chercheur, si cette appellation convient encore, commandité, soit qu’il travaille en solo ou au sein d’une équipe coutumière de ce genre de commande. Pour lui ou elle, il s’agit de gagner son pain en offrant données et analyses. Ce mercenariat au service d’officines de sondages ou de bureaux d’études d’institutions diverses, politiques ou autres, est commis à produire une littérature dite grise, qui trouve rarement son chemin vers le grand public. Tout n’y est pas à jeter, et si le chercheur parvient à s’en faire un tremplin vers des fonctions davantage autonomes, tant mieux pour lui ou pour elle, mais il en est beaucoup pour qui ces tâches resteront leur sort quotidien tout au long de leur carrière. Elles font partie de la sociologie dite de service, que Balandier a qualifiée d’orthopédique. Le principal reproche qu’on peut lui adresser est qu’elle s’adresse à chacun des problèmes qui lui sont proposés de manière isolée, sans effectuer le rapport à la totalité socio-historique qui devrait être le premier impératif de la profession. La catégorie particulière du sociologue d’Etat illustre bien cette attitude[6].

Spectateur engagé

A l’opposé, quoique de manière pas toujours frontale, de cette figure de l’expert, on peut situer celle de spectateur engagé. On doit cette appellation à Raymond Aron. A la fin d’un recueil d’interviews qui porte ce titre, il s’explique sur celle-ci : « J’avais décidé d’être un « spectateur engagé ». A la fois le spectateur de l’histoire se faisant, de m’efforcer d’être aussi objectif que possible à l’égard de l’histoire qui se fait et en même temps d’être engagé. Je voulais combiner la double attitude d’acteur ou de spectateur »[7]. A mes yeux, cette attitude d’acteur doit être comprise au plan intellectuel, car il ne s’agit pas de devenir ministre ou haut fonctionnaire, ni même de conseiller direct de l’un et de l’autre. Aron aura été selon ses dires « journaliste », plutôt de l’espèce chroniqueur que reporter. On peut comprendre cette profession de foi comme un refus de se claquemurer dans sa tour d’ivoire, à la manière des philosophes ou des physiciens théoriciens ne communiquant qu’avec leurs pairs.

Spectateur ne signifie pas enregistreur prétendument neutre, à l’exemple d’un sismographe ou d’une caméra de surveillance. Un véritable spectateur choisit ses angles de visée, ses points de repère, ses intrigues privilégiées. Mais il le fait sans faire prévaloir ses préférences, dans le souci de l’objectivité qui consiste à ne pas falsifier ses observations par les contraintes de la passion. L’objectivité, certes, ne doit pas être confondue avec la vérité. Celle-ci résulte de la rigueur de l’analyse et de la volonté d’inscrire celle-ci dans le cadre le plus général possible. Pour moi comme pour bien d’autres, cette perspective est nécessairement critique. Elle a été illustrée entre autres par Bourdieu, quand il s’en prend au champ universitaire, ou par Brohm, quand il autopsie l’institution sportive. C’est en cela que le spectateur devient acteur, quoique loin des séductions de l’ « utilité sociale ». Comme l’exprime Jan Spurk, il ne s’agit pas de rejoindre « le mode d’expérience de la sociologie positiviste (qui) se caractérise par le culte des faits évoqués ainsi que par son ambition d’être utile qui produit un conformisme pesant qui exclut a priori le dépassement, aussi bien dans la pensée que dans l’agir »[8]. Et aussi un accès aux maisons d’édition capables de diffuser assez largement leurs livres.

Le spectateur engagé s’engage par les modes d’action qui lui sont propres, ce qui ne va pas sans quelques arrangements. Mais cela ne signifie pas qu’il n’est pas, au sein de ces arrangements, de meilleurs choix que d’autres. Si être celui qui dit que le roi est tout nu implique de le dire dans l’un ou l’autre support inscrit dans le cadre d’une économie de marché, cela n’est pas assimilable à prétendre être le serviteur, direct ou indirect, de ce roi ou son porte-parole. La vie de tout un chacun est tissée de compromis, dont il importe qu’ils ne se muent pas en compromissions. Question de degré, ce qui ne relève sans doute pas d’une morale très élevée. Mais ne pas transiger sur le degré de compromis, obligatoirement honorable, qu’on a choisi trace la limite avec la compromission avec les pouvoirs, même camouflée sous les oripeaux défraîchis de la prétendue « neutralité axiologique »[9].

Il ne s’agit pas ici de dénoncer ou de jeter la pierre à quiconque.   Libre à chacun de s’accroupir comme scribe au service des puissants ou des marchés, ou de choisir de s’engager en qualité de spectateur critique de l’histoire en train de se faire. L’honnêteté consiste à ne pas jouer sur les deux tableaux, la seule excuse étant qu’il faut assurer sa subsistance et celle des siens. Mais c’est en tant qu’intellectuel qu’il convient que la confusion n’ait pas lieu. Cela peut exiger des sacrifices. On n’exigera certes pas du ou de la sociologue qu’il ou elle soit héroïque. Mais simplement d’être honnête, tant à l’égard des interlocuteurs, appartenant au champ ou situés à l’extérieur de celui-ci, que de soi-même.

[1] JAVEAU, Cl., Des Impostures sociologiques, Lorment (33), Le bord de l’eau, 2014.
[2] VIENNE, Ph., Violences à l’école : au bonheur des experts, Paris, Syllapse, 2009 ; p. 15.
[3] Ibid. , p. 15.
[4] En français : GOFFMAN, E., Asiles, Paris, Minuit, 1975.
[5] JAVEAU, Cl., L’enquête par questionnaire. Manuel à l’usage du praticien, Editions de l’Université de Bruxelles, 1992 (4e éd.).
[6] Celle-ci a été analysée avec beaucoup de pertinence par Franck POUPEAU, in Les Mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012.
[7] ARON, R., Le Spectateur engagé, Paris, Julliard/Presses Pocket, 1991 (1ère éd. 1981) ; p. 315.
[8] SPURK, J., Quel Avenir pour la sociologie ? , Paris, PUF, 2006 ; p. 7.
[9] V. JAVEAU, Cl., Des Impostures sociologiques, op. cit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *