Sociologues : que faire dans la cité, que faire de la cité ?

Nous ouvrons – avec ce numéro de lancement de Sociologues dans la Cité (SdC) – un débat sur l’engagement des sociologues dans la cité et dans l’espace public.

Certes, depuis l’émergence de la sociologie, des sociologues se sont volontairement et consciemment engagés dans la cité et dans l’espace public. On pourrait se demander si cet engagement est un élément constitutif de notre métier. Michael Burawoy, par exemple, a donné en 2005 une réponse radicalement affirmative à cette question, bien sûr à sa manière et avec beaucoup de succès : sa conception de la « sociologie publique ». Toutefois, cette question n’a pas trouvé de réponse définitive ni par « la sociologie » en général, ni par la version de Burawoy.

En outre, sans se référer à la « sociologie publique », beaucoup de sociologues sont très engagés sur le plan politique. Notre sujet n’est cependant pas de savoir si l’engagement politique et, de temps en temps, militant de nos collègues est l’exemple à suivre ou s’il est à proscrire. Cela relève de leur choix de citoyens et ce choix n’est nullement spécifiquement sociologique.

Enfin, le débat qui nous intéresse dans ce numéro est souvent hanté par le fantôme de la figure de l’intellectuel. Les intellectuels se sont constitués dans une société très particulière, la société française de la IIIème et de la IVème République. A notre avis, les conditions de leur constitution (la structure sociale, la forme de l’espace public, les enjeux politico-moraux etc.) n’existent plus depuis longtemps. Comme si souvent, le mot persiste, mais le phénomène qu’il désigne change et souvent il se pervertit. « Prendre les mots pour les choses, c’est croire » écrit Jean-Paul Sartre dans « Les Mots », mais pour nous, il s’agit de comprendre et d’expliquer les rapports entre les sociologues et la cité.

On pourrait prendre trois hypothèses et quatre questions comme points de départ de notre débat.

  • D’abord, si on entend par «la « cité » l’organisation des rapports entre les citoyens et par « citoyens » les hommes et les femmes qui ont le droit, les capacités et les possibilités d’agir sur la cité, les rapports qu’ils entretiennent entre eux sont publics et politiques. Les sociologues existent en tant que citoyens situés dans la cité. Elle fait partie de leur contingence. Notre existence ne se limite pas à la vie privée ni à des existences individuelles monadiques. Nous sommes, comme tout un chacun, publiquement liés aux autres. C’est pour cette raison que nous agissons dans des espaces publics, souvent conçus comme sphères de la publication (dans le sens de Kant) des « hommes privés ». La cité structure une grande partie de nos rapports avec les autres (citoyens et non-citoyens) et de notre inscription dans la société.
  • Ensuite, en raison de notre métier de sociologue, nos rapports à la cité sont également très spécifiques car notre métier consiste surtout à s’efforcer de comprendre et d’expliquer la cité et la société. Les sociologues font ainsi partie de l’objet de leurs analyses.
  • Troisièmement, la forme et le sens de la cité ne sont pas immuables. C’est pour cette raison que, par exemple, les cités contemporaines ne sont pas réductibles à la polis grecque de l’antiquité. Aujourd’hui, on constate non seulement que les rapports au sein des espaces publics sont très médiatisés et technisés ; on constate également la (quasi) absence de grands débats stratégiques sur l’avenir de la société, sur des alternatives à la société existante. Il y règne le fatalisme, le conformisme et l’angoisse sociale. Pourtant, au moins sur le plan formel, les libertés publiques sont dans beaucoup de pays très développées, surtout comparé au passé, et le présent pose énormément de problèmes aux citoyens, mais les quêtes d’une alternative et d’un projet d’un avenir meilleur sont très rares.

C’est dans cette situation historique particulière que nous nous posons les questions suivantes :

  1. Quel est le rapport entre la sociologie, les sociologues et la cité ?
  2. Pour faire notre métier, devons-nous nous positionner explicitement et consciemment dans l’espace public ?
  3. Pour quelles raisons, avec quelle finalité et sous quelle forme peut-on intervenir, en tant que sociologue, dans la cité ?
  4. L’engagement public des sociologues est-il constitutif pour la sociologie ou est-il une perversion de la sociologie qui en fait de l’expertise, du journalisme et de « l’entertainment » ?

 J.S.

Sommaire du numéro

Sociologues dans la Cité ou sociologie dans la cité ? Marc-Henry Soulet

L’expert et le spectateur engagé, deux figures contrastées du sociologue professionnel. Claude Javeau

Que faire dans la cité ? Jan Spurk

L’engagement du sociologue comme obligation éthique et politique. Jean-Louis Genard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *